Résultats des ventes

#VenteFauve343

samedi 04 février 2023

Art moderne • Art contemporain • Arts d’Afrique

#VenteFauve342

samedi 28 janvier 2023

Art contemporain • Photographies • Bande dessinée • Graffiti & Art urbain • Design

#VenteFauve341

samedi 21 janvier 2023

Arts anciens • Art d’Asie • Mobilier & objets d’art dont exceptionnel ensemble néo-gothique de Victor Aimone • Morceaux choisis d’un gallinophile averti : jouets, dessins, tableaux...

#VenteFauve339

samedi 14 janvier 2023

Art moderne & Art contemporain

  • #Vente Hors-Série 340

Les Redécouvertes, 1950-1990

samedi 14 janvier 2023

Tout vient d’un constat : autour de nous les images ne cessent d’éclore. Pourtant le monde nouveau semble redondant, le sentiment de déjà-vu devient lancinant. Sortons la tête du flux et sonnons ensemble l’heure des redécouvertes ! Prenons le temps de poser notre regard présent sur les créations des artistes de la seconde moitié du XXe siècle. Celles et ceux qui ont côtoyé le marché de l’art avant que la lumière ne s'en détourne. Celles et ceux qui ont fait leur parcours dans l’ombre, loin des éclats mondains. Celles et ceux sur qui nous souhaitons proposer un nouvel éclairage aujourd’hui.
Harold Rosenberg l’éprouvait déjà dans un article du New Yorker, en 1963* : « L’audience d’avant-garde est ouverte à tout. Ses représentants – conservateurs de musées, professeurs d’écoles d’art, marchands – s’empressent d’organiser des expositions et d’apposer des étiquettes explicatives avant même que la peinture ne sèche ou que le plastique ait durci. […] La tradition du nouveau a rendu banales toutes les autres traditions… » Il ne s’agit pas de faire l’éloge de la nostalgie mais de s’attarder sur le parcours d’artistes pour lesquels la « tradition du nouveau » s’est transformée en malédiction. Décélérer, pour contempler la peinture sèche, parfois craquelée, d’une époque encore récente, toujours actuelle, peut-être éternelle ?

Simon Barjou-Morant

* Réflexion sur la différence de réaction du public devant la première exposition de l’avant-garde à New York en 1913 (Armory Show) et celle d’un nouveau public.

Pourquoi acheter en vente aux enchères ?

« Enchérir » oublions un instant ce préfixe déroutant et concentrons nous sur l’essentiel : chérir. Car c’est de cela qu’il s’agit. L’achat aux enchères doit être un acte réfléchi, sur un bien profondément voulu. Une fois le marteau tombé, plus de retour possible : la propriété du lot est transférée au dernier enchérisseur ou à la dernière enchérisseuse. À celui ou celle qui l’a le plus désiré.
A notre époque où la surproduction et le consumérisme ont pu faire perdre son sens à l’acte d’achat, la vente aux enchères est là pour lui rendre ses lettres de noblesse.
Parfois injustement délaissées, jugées trop élitistes ou réservées aux initié·es, les enchères s’adressent en réalité à tous les publics. La pluralité des ventes embrasse la diversité des budgets. Ainsi, chacun·e peut prendre part au spectacle et jouer un rôle dans la vie de ces objets.
Dans le cadre d'une vente aux enchères comme celle-ci, le rôle de l'acheteur·se est d'autant plus significatif. Il ou elle apporte son soutien au travail de l'artiste, concourt à sa prospérité et à la diffusion de son œuvre. Chaque enchérisseur·se apporte sa pierre à l’édifice. Dans cette logique, les collectionneur·ses deviennent, chacun·e à son échelle, de véritables mécènes.

Paul Boulay

#VenteFauve338

samedi 07 janvier 2023

Art ancien • Art moderne, contemporain & urbain • Design

#VenteFauve337

samedi 17 décembre 2022

Bijoux & or • Montres & Maroquinerie • Bijoux d’artistes • Art moderne & Contemporain

#VenteFauve336

samedi 10 décembre 2022

Art moderne • Art contemporain • Photographie • Bande dessinée

#VenteFauve335

samedi 03 décembre 2022

Bijoux & or • Montres • Arts anciens d’ici & d’ailleurs • Vins