Inventaires

Que vous soyez actuellement propriétaire ou héritier·ère à venir de mobilier de valeur, d'œuvres d'art et de bijoux, il est capital de connaître la valeur de votre patrimoine ou de celui d’un·e proche. Faites appel AUX professionnel·les spécialistes de l'estimation des meubles et objets d'art en France : les commissaires-priseur·es.

N'hésitez pas à nous consulter : inventaires@fauveparis.com ou 01 55 28 80 90
(du mardi au samedi de 11h à 19h).

 

ASSURANCES

Un inventaire pour assurer vos biens à leur valeur réelle avant sinistre (cambriolage, dégât des eaux, incendie, dommage accidentel...)

Les objets d'art et de collection ne sont jamais suffisamment couverts par les contrats "multirisque-habitation" traditionnels. Il est donc nécessaire de donner une valeur précise à votre patrimoine afin de mieux identifier les risques spécifiques auquel il peut être exposé.

 

SUCCESSION / PARTAGE

Un inventaire dans le cadre d’un partage ou d'une donation avant décès et d'une succession après décès

En France, le délai maximum imposé aux héritiers pour payer les droits de succession est de 6 mois à compter du décès. En cas de retard, les intérêts versés à l'Etat s'élèvent à 0,40 % par mois auxquels s'ajoutent 10 % de pénalité. Le recours à un commissaire-priseur, dont la mission est d'inventorier et d'estimer l'actif mobilier, apporte une sécurité juridique précieuse à tous·tes les héritier·ères

.

 

VENTE VOLONTAIRE

Un inventaire afin de réorganiser votre patrimoine mobilier et vendre certaines pièces

Actuellement, le régime fiscal des plus-values appliqué aux objets, collection d'art et bijoux est très avantageux en France, comparativement à celui de l'immobilier ou du marché des actions par exemple (+ de 30 %). En effet, sauf à pouvoir prouver une durée de détention certaine (exonération partielle si détention depuis moins de 22 ans, totale si détention de plus plus de 22 ans), une taxe forfaitaire de 6,5 % seulement du prix de vente s'applique pour tout bien adjugé 5 000 € et plus. Cet impôt étant libératoire, le solde qui vous est reversé n'a pas à être déclaré aux titres de vos revenus.