Logo

« Enchères et évenementiel » : FauveParis dans Les Echos

Les maisons de ventes jouent la carte de l’événementiel

Les maisons de ventes multiplient les événements culturels dans leurs murs. Certaines offrent restaurant, bar à vins ou salon de thé, d’autres des nocturnes festives.

C’est une tendance de fond : les maisons de ventes aux enchères se positionnent comme des acteurs culturels et ludiques. Le Symev, syndicat des commissaires-priseurs en a fait l’un des thèmes de sa dernière convention. « La crise a conduit la profession à se réinventer, dans un paysage en mutation : marché à plusieurs vitesses, achats tantôt coups de cœur tantôt placements, concentration autour des grosses maisons… Difficile pour les commissaires-priseurs à l’ancienne de survivre. Le changement, c’est maintenant » a martelé Jean-Pierre Osenat, président du Symev.

Pionnier il y a plusieurs années, Artcurial a fait de l’hôtel Dassault qui l’abrite, un lieu attractif et animé, avec sa librairie d’art, son restaurant, ses expositions. Pour affirmer son « exception culturelle », la maison française s’est adjoint dès 2008 un conseiller de haut vol : Serge Lemoine, l’ex-directeur du musée d’Orsay, qui donne des conférences, livre ses expertises, préface certains catalogues de vente. Artcurial a également très tôt apporté son soutien à des événements, tels que le Prix Marcel Duchamp pour l’art contemporain, dévoilé chaque année dans ses locaux, ou l’opération « AD Intérieurs », qui valorise des décorateurs. Son vice-président, Francis Briest, qui organisait déjà des expositions au Donjon de Vez (Oise), a créé l’Espace Musées à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle où sont proposés deux accrochages par an dans un terminal fréquenté par 600 à 2.000 passagers par jour.

La recette a fait des émules, au premier rang desquels Christie’s et Sotheby’s. Le premier a ainsi monté une exposition Dubuffet en partenariat avec la Fondation éponyme, et la seconde a convié sept personnalités à composer leur table de fête à l’approche de Noël.
Bientôt un bistrot à Drouot

En 2014, une nouvelle maison de ventes, FauveParis, s’est même installée dans un salon de thé-bar à vins, pour plus de convivialité, et ses catalogues ressemblent à de vrais magazines, avec des entretiens. Cornette de Saint Cyr a choisi de s’implanter dans un vaste hôtel particulier, où son médiatique fondateur, Pierre Cornette de Saint-Cyr, et ses fils pourront exceller dans le montage de ces événements people dont ils ont le secret. Idem pour Piasa, où le vice-président, Frédéric Chambre, offre des mises en scène soignées à ses ventes de design.

Drouot et ses 70 opérateurs ont bien compris l’intérêt d’avoir une stratégie de marque et des services inédits. Outre un bistrot prévu pour avril, l’Hôtel des Ventes s’est doté d’un espace vitrine pour la jeune création, a monté des ateliers enfants et des formations adultes. Il propose même une carte de fidélité donnant droit à des invitations dans des musées, des salons d’art, et s’investit dans des manifestations nationales comme Nuit Blanche (3.500 visiteurs), le Téléthon (avec une vente caritative), ou « Un trésor dans votre maison » (vente réalisée en prime time sur M6). Sans parler d’une « battle de graffeurs » montée à l’occasion d’enchères d’art urbain, d’un concert donné dans son hall, ou d’une vacation de bijoux en nocturne avec les Ateliers d’art de France.

Retour à la liste des articles