C'était hier

Glénat, histoire(s) d'un demi-siècle de bande dessinée

mercredi 16 novembre 2016 à 19h00

Vente aux enchères de planches originales d'auteurs publiés par la maison d'édition

  • télécharger les résultats en PDF
  • contacter Dimitri Joannidès

lot 14 Publication Glénat Schtroumpf ronéotypés n°1, 2, 3/4 et 5/6, 1969-1970

Tirage à 125 exemplaires

Estimation 60 / 80 €

Vendu 111.36 €

(commissions d'achat incluses)

Souvenirs, souvenirs…

« Je me souviens de la « période héroïque » des futures éditions Glénat qui n'existaient alors, en 1969, que sous la forme d'un bulletin ronéotypé, agrafé, titré Schtroumpf et sous-titré un peu plus tard Les Cahiers de la Bande Dessinée. Nous nous réunissions chaque trimestre dans l'appartement familial de Grenoble - surtout Jacques, sa grand-mère, sa petite sœur et moi -, et nous répartissions une par une toutes les pages - heureusement, il n'y en avait pas beaucoup au début - sur les fauteuils, canapés, sièges et tables du grand séjour. Ensuite, nous assemblions un exemplaire, page par page, qui était agrafé pour envoi aux abonnés et dépôt chez les (rares) libraires coopératifs. Puis je reprenais ma voiture pour retourner chez moi, à Cagnes, et j'allais déposer un petit stock de ce numéro tout frais dans les deux librairies de Nice qui avaient bien voulu prendre la revue en dépôt. En encaissant au passage la maigre recette de la vente du numéro précédent. C'est comme ça que tout a commencé. Plus tard, alors que la maison d'édition commençait à grandir, nous "montions" tous les deux en voiture jusqu'à Bruxelles, pour participer à des festivals ou rencontrer des auteurs à interviewer. Là, on s'installait dans un hôtel où l'on partageait la chambre et, parfois, le même grand lit. Nous avons procédé ainsi deux ou trois fois, avant que la maison ne devienne une affaire sérieuse. Il y a eu la période Canard Sauvage où nous partagions la rédaction en chef et n'étions pas toujours d'accord sur les auteurs à publier. Je venais à Grenoble avec ma voiture et les planches collectées par mes soins, nous déversions dans son salon ou sa chambre, toute la matière du ou des numéro(s) suivant(s), nous mitonnions plus ou moins en harmonie la maquette dudit numéro, puis je retournais dans mon Midi dans l'attente des aventures suivantes... »
Numa Sadoul, compagnon de route des débuts

"Je me souviens que le tirage de ce fanzine était de 125 exemplaires. Et pas un de plus, en particulier pour les numéros 1 et 2. Il est donc très difficile à trouver aujourd’hui !" JG