C'était hier

Entre chien et loup

jeudi 9 juin 2016 à 19h00

Livres > Arts d'Asie > Arts ancien, moderne et contemporain > Arts décoratifs et design

  • télécharger les résultats en PDF
  • contacter Cedric Melado01 55 28 80 90 -

lot 41 Importante boîte

En porcelaine émaillée bleu et blanc sous couverte, le couvercle à rare décor dit des «cent enfants» représentés jouant, jardinant ou se battant, sur une terrasse arborée.
La base décorée de dragons et de phénix affrontés pourchassant la perle sacrée dans des médaillons entourés de rinceaux.

Chine, époque Wanli (1572-1620), marque impériale en six caractères sous la base 大明萬曆年製

H. 13 cm L. 31 cm P. 21 cm

Estimation 100 000 / 120 000 €

Vendu 128 000.00 €

(commissions d'achat incluses)

Blue and white enamelled porcelain box, the cover with rare "100 boys" ornaments showing children playing, gardening or fighting on a flowered terrace. Base decorated with dragons and phoenix facing each other, chasing the sacred pearl in medaillons friezed with scrolls.
China, Wanli period, imperial mark under the base 大明萬曆年製

Provenance

> Collection privée, France

Rapport de condition

Deux éclats et deux fêles de 3,5 cm et 0,8 cm sur la bordure de la base et micro rayures sur le couvercle.
Différence de dessins et de couleurs entre la base et le couvercle, les deux rapportés

RÉFÉRENCES
> Vente Christie’s, Hong-Kong, 27 mai 2007, lot 1855 (vendu 4 567 500 HK$ ≈ 520 167 €), modèle à rapprocher par leur longueur équivalente
> Vente Sotheby’s, Hong-Kong, 7 avril 2011, lot 67 (vendu 3 620 000 HK$ ≈ 412 187 €),
modèle à rapprocher pour le décor

Sous l’ère Wanli (1572-1620) de nombreuses boîtes de différents formats sont réalisées. Ces objets raffinés, décorés de dragons et de phénix, de fleurs, de cervidés et plus rarement encore d’enfants jouant, sont destinés à contenir de luxueux éventails ou de précieux cadeaux. Celle que nous présentons est particulièrement spectaculaire par son format : c’est l’une des plus grandes référencées. Elle l’est également par la finesse d’exécution de son dessin et l’intensité du bleu, témoignage du travail d’un grand artiste.
Le thème des « cent enfants » (en réalité seize) illustrant le couvercle est connu dès la période des Song du Sud au XIIe siècle grâce au peintre de cour Su Hanchen. Ces enfants sont toujours représentés de la même façon: visages ronds aux yeux espiègles, crânes rasés et jouant dans un jardin. Nous voyons ici un marionnettiste, là un autre sur un cheval en bois rêvant d’être un grand militaire, et encore un, torse nu prêt à plonger dans une vasque à carpes. Ces enfants forment une bande dessinée pleine de vie !
Deux interprétations existent pour ce thème. La première est le souhait d’avoir de nombreux enfants nobles couronnées de succès dans la tradition des principes éducatifs de Confucius. La seconde avancée par Rosemary E. Scott dans Percival David Foundation of Chinese Art (Londres, 1989, p. 80), pourrait également faire référence au thème daoïste des anciens retrouvant leur jeunesse. En effet sous l’ère Jiajing (1522-1566) le thème des « cent enfants » est particulièrement apprécié par l’Empereur, connu comme un fervent daoïste. Les artistes de la cour se sont donc inspirés de cette iconographie afin de flatter leur plus important commanditaire. CM