C'était hier

Légendes d'automne

jeudi 15 octobre 2015 à 19h00

Œuvres d'art, arts décoratifs, imaginaire

  • télécharger les résultats en PDF
  • contacter Cedric Melado01 55 28 80 90 -

lot 77 René Lalique (1860-1945) "Gobelet Scarabées Rhinocéros", Circa 1897-1899

À corps conique renflée en partie haute en cristal légèrement opalescent (éclats) soufflé dans une monture en argent ciselé et rehaussé d’émaux bleu canard et noir.
Signé Lalique sur le pied de la monture et coléoptère ciselé sous la base.

H. 15,8 cm D. 9 cm

Poids 618 brut g

Estimation 40 000 / 60 000 €

Vendu 206 250 €

(commissions d'achat incluses)

" Goblet Rhinoceros Beetles" circa 1897-1899
Light opalescent blown cristal conical body in a chiselled silver mount enhanced with peacock blue and black enamels
Signed Lalique on the base of the mount and a chiselled coleoptera under the base

Provenance

> Acquis après le Salon de 1902 par une famille luso-brésilienne
> Par descendance

Bibliographie

> Geoffroy Gustave, L’Exposition Universelle de 1900 à Paris, Paris, 1902, section orfèvrerie
> Roger Marx, La Renaissance des Arts Décoratifs, « Les Arts », janvier 1902, Paris, reproduit p. 38
> Sigrid Barten : René Lalique Schmuck und Objets d’art, 1890-1910, Prestel éditeur, Munich, 1977-1989, modèle référencé sous le n°1702 et reproduit p. 544
> Félix Marcilhac, René Lalique - catalogue raisonné de l’œuvre de verre, Les éditions de l'amateur, Paris, 2004, p. 32 pour une photo de notre gobelet

Expositions

> Pièce présentée à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 dans le stand de René Lalique
> Salon de 1902, section Arts Décoratifs, Paris

Expertisé par le Cabinet Marcilhac

Réalisant depuis 1895 pour son propre compte des bijoux et pièces d’orfèvreries, René Lalique présente chaque année dans la « section d’Art Décoratifs » des œuvres d’un imaginaire florissant qui révèle petit à petit au grand public son ingéniosité et sa maîtrise poussée de techniques de réalisations dont il a seul le secret. Récompensé dès 1896 par des achats officiels de la Ville de Paris, il présente dans son stand « aux Femmes Ailées » de l’Exposition Universelle de 1900 des bijoux extraordinaires et allie à la perfection orfèvrerie et verre. Le gobelet aux scarabées rhinocéros qu’il présente est un symbole de cette alliance si travaillée et si parfaitement exécutée avec toujours une recherche esthétique poussée où les coléoptères reprennent vie pour remonter les feuilles d’argent jusqu’au col du gobelet. Pièce unique dont nous avions perdu la trace jusqu’à ce jour qui marque historiquement l’entrée de Lalique dans sa passion pour le verre.