C'était hier

Vente Signature

jeudi 28 septembre 2017 à 19h00

Archéologie romaine et du Gandhâra > Collection de verrerie Art Nouveau > Arts décoratifs & design > Art moderne et contemporain

  • télécharger les résultats en PDF
  • contacter Cedric Melado01 55 28 80 90 -

lot 50 Alberto Giacometti (1901-1966) Caroline, Paris sans fin, 1959-1965

Crayon lithographique sur papier report
Dessin préparatoire pour l’ouvrage Paris sans fin, publié en 1969 à 200 exemplaires par Tériade

42 x 32 cm

Estimation 25 000 / 35 000 €

Vendu 28 575 €

(commissions d'achat incluses)

Provenance

> Collection de l’ancien éditeur Tériade
> Collection privée, Paris

Un certificat d’authenticité (n° AGD 3785) de la Fondation Giacometti sera remis à l’acquéreur

Ce livre mythique, publié en 1969 à 200 exemplaires par Tériade, est souvent présenté comme le testament de Giacometti, car le texte de l’artiste qui accompagne ses 150 dessins est resté inachevé, Paris sans fin fait partie de ces livres rares conçus entièrement par des artistes. C’est une sorte de reportage à travers la capitale : de l’atelier au café, à pied ou en voiture, sur les boulevards, à la gare de l’Est, au Jardin des plantes, cette pérégrination graphique a duré près de dix ans. On y découvre des rues, des façades, des bars, des voitures de l’époque – une Dauphine, une 2 CV –, parfois des personnages. Le titre fut trouvé dans la rue, lors d’une conversation avec Tériade. En sortant d’un café, Giacometti s’exclama, en regardant les rues devant lui : « Ah ! Paris... Paris sans fin ! »

Ces deux dessins originaux, à la provenance prestigieuse, ont fait partie de l’ensemble réalisé par l’artiste pour le livre Paris sans fin, publié en 1969 à deux cents exemplaires par Tériade. Cet ouvrage, souvent présenté comme le testament de Giacometti, fait partie de ces rares livres conçus de A à Z par un artiste. A travers les cent cinquante dessins réalisés pour l’occasion, Alberto Giacometti mène une sorte de reportage au coeur de Paris : terrasses de cafés, voitures roulant sur les boulevards, promenade dans le Jardin des Plantes... Le titre de l’ouvrage est lui-même le fruit d’une discussion entre Giacometti et Tériade. Empruntant une rue en sortant d’un café, Giacometti s’exclama : « Ah ! Paris... Paris sans fin ! »