C'était hier

L'Envers du décor

mardi 13 mai 2014 à 19h00

Vente inaugurale, arts du XXe siècle et confrontations

  • télécharger les résultats en PDF
  • contacter Cedric Melado01 55 28 80 90 -

lot 127 Alonso BERRUGUETE (1486-1561), école de Valladolid, entourage de Exceptionnel et grand panneau en bois de résineux sculpté en fort relief et polychromé représentant la Circoncision., Milieu du XVIe siècle

Panneau composé de neuf planches assemblées par des queues d’aronde et consolidées par trois traverses posées à une époque postérieure.
Composition dense à huit personnages sur deux registres : au premier plan et au centre, le vieux Mohel assis tient de ses deux mains l’Enfant Jésus nu qui semble se débattre au-dessus d’un plat posé sur sa jambe gauche servant à recueillir le sang ; assis à ses côtés, un autre prêtre saisit d’une main une jambe de l’Enfant
et approche de l’autre un couteau ; à gauche, un jeune homme debout, la jambe droite avancée, devait porter un cierge pour éclairer la scène ; au second plan, de gauche à droite, Joseph et Marie et un couple de spectateurs dont un homme qui devait également tenir
un cierge.

H. 179 cm L. 131 cm P. 18 cm

Estimation 80 000 / 100 000 €

Vendu 100 000.00 €

(commissions d'achat incluses)

Exceptional and large panel in carved resiniferous wood representing the Circumcision of the Christ

Provenance

Collection privée, Portugal

Bibliographie

Pour plus d’informations, voir Museo colegio de San Gregorio – Coleccion, Ed. Ministère de la Culture, Paris, 2009

Rapport de condition

Quelques accidents et manques notamment aux doigts de la main droite du personnage de gauche

Cet impressionnant haut-relief est typique de l’école de sculpture castillane de la Renaissance marquée par la forte personnalité du grand sculpteur, architecte et peintre que fut Alonso Berruguete, né vers 1490 à Paredes de Nava (Palencia) et mort à Tolède en 1561. Après un séjour en Italie où il fut très impressionné par l’œuvre de Michel-Ange, il imprima un style particulièrement maniériste à son art en donnant à ses sculptures une tension dramatique très personnelle. On retrouve ici, par la densité de la composition, des attitudes excessivement contournées, des têtes aux traits accusés et aux expressions farouches, sa manière à lui d’insuffler vie aux personnages. Par ses dimensions hors du commun, ce groupe devait appartenir à un très grand retable illustrant l’enfance du Christ, à l’image du grand retable du monastère de la Mejorada de Olmedo à Valladolid.